10 PIRES ENNEMIS DU CERVEAU DROIT

En dépit de leurs habiletés et qualités recherchées, les neurodroitiers sont  vulnérables. Le monde d’aujourd’hui expose les êtres humains à des défis personnels. Certaines difficultés sont issues de la personne elle-même, alors que d’autres sont causés par la race humaine. Voici dix comportements que les neurodroitiers doivent éviter à tout prix, sans quoi ils traverseront des périodes sombres au cours de leur vie, voir courir à leur perte.

1- Hyper-gentillesse

Les gens trop gentils cherchent à dissimuler des problèmes. Ils se sentent incapables de se tenir debout devant l’adversité et préfèrent cultiver l’innocence et ainsi attirer la pitié et la protection des plus forts,  plutôt que d’affronter les conflits et la domination. La loi de l’Attraction est telle que tôt ou tard ils devront faire face à l’agression et ils seront écrasés, parce qu’ils ont évité de s’y préparer. Ce sont toujours les plus gentils et tendres qui périssent en premier.

2- Conformité

La conformité appartient aux neurogauchers. Un neurodroitier qui se conforme aux normes sociales, à un décorum et aux lois non écrites, est un être ayant perdu son identité. L’accès à son soi supérieur est rompu. La personne au cerveau droit prédominant a perdu sa capacité de croître et rayonner. Cependant, cette tendance est facile à renverser.

3- Absence de foi

Les neurodroitiers ont besoin de croire en quelque-chose, surtout en eux-même. Quand ils perdent espoir et ne croient plus en leur capacités, ils déroutent alors de leur destinée et leur mission de vie. Ils deviennent alors anxieux.

4- Anxieté

Pour les neurogauchers, quand une personne ressent la déception généralisée par rapport à sa vie, ce symptôme est appelé dépression ou mélancolie. C’est un refus d’accepter la vie dans le moment présent. C’est un désir de retourner dans le passé.

Pour les neurodroitiers, le symptôme de refus de vivre dans le présent est appelé anxiété. C’est le stress de ne pas voir ses attentes réalisées et s’accompagne d’une tendance au défaitisme et au pessimisme. C’est aussi un désir de fuir vers le futur. Les neurodroititers doivent apprendre à être heureux dans le moment présent et se satisfaire de ce qu’ils ont et ce qu’ils sont.

5- Chronomanie et endettement

Plus nous adoptons le mode de vie de la civilisation moderne, plus l’on semble s’enliser dans une spirale infernale. L’accumulation des responsabilités et des dettes nous enfonce toujours plus dans ce trou noir duquel il semble n’y avoir aucune sortie. Ce qu’il nous reste comme option, c’est de repousser la fatalité, mais ça ne règle en rien le problème. Il faut changer le paradigme. Il faut cesser de courir et se débarrasser des dettes et des possessions matérielles. La vraie expérience se vit avec le coeur. Le passé et le futur existent seulement dans notre esprit. Ne leur donnons donc pas trop d’attention. Vivons le plus simplement possible afin de profiter du moment présent.

6- Solitude

La solitude est parfois nécessaire à l’équilibre quand nous sommes submergés par le stress de la vie de tous les jours. Il suffit d’une moyenne quotidienne de 15 à 30 minutes passées avec soi-même pour garder cet équilibre. C’est encore mieux si l’on a le luxe d’être seul plusieurs heures par jour, mais il ne faut pas non plus devenir ermite. Rester seul pendant une longue période peut s’avérer dangereux. L’isolation délibérée mène à la paranoïa et au délire. Nous avons besoin de l’interaction avec les autres afin de mettre à jour notre champ d’information subtile. Nous sommes fait pour cocréer le monde tous ensemble. Une propension à se cacher signifie un refus de faire partie du Tout et de grandir.

7- Un égo trop gros

Au contraire d’une personne trop gentille, une personne qui a un trop gros égo attirera de nombreux conflits dans sa vie. Ses proches vont certainement mettre cette personne au défi par leur identité contrastant avec le problème et en étant fait sur mesure pour forcer l’égo à s’atténuer. Si la personne égoïste ne s’efforce pas de corriger sa lacune, l’univers se chargera de le faire et le prix à payer sera cher. Un neurogaucher au gros égo sera manipulateur et pourra faire perdurer son jeu subtilement pendant longtemps. Un neurodroitier au gros égo sera immédiatement perçu comme agressif, excessif dans ses réactions, et fera vite face à la dure réalité engendrée par son tempérament. Un neurodroitier au gros égo désenflé sera bruyant, mais bon vivant et amusant à côtoyer.

8- Manque d’amour propre

L’amour de soi est le point de départ en croissance personnelle. Si l’on ne s’accepte pas tel que l’on est, avec nos faiblesses, notre processus d’éveil sera ponctué de défaillances. Il faut alors retourner à la base et découvrir là où l’acceptation de soi n’est pas encore en vigueur. Une absence flagrante d’amour propre conduira la personne à s’auto détruire. Ceci peut même mener jusqu’au suicide, la pire des destructions. La minorité neurodroitière est généralement plus enclin à la difficulté de plaire à soi et aux autres en début de vie. Il est important pour eux d’accepter leur vraie nature et leur différence.

9- Dépendances

Les neurogauchers sont normalement dotés d’un mental fort. Quand ils ont une conviction ou un principe en tête, ils vont l’assumer. Ce n’est généralement pas le cas des neurodroitiers. Lorsqu’ils sont en proie à la tentation, ils ont plus de difficulté à résister. Ils aiment expérimenter de nouvelles choses, même s’il y a un danger que tout le monde connaît. Quand le neurodroitier réalise le danger, ils est souvent trop tard et il est alors incapable d’arrêter. Quand la mauvaise habitude perdure, en dépit de signes de détresse de son  corps et de son entourage, la personne est alors aux prises avec une dépendance. Pour s’en sortir, il faudra du temps, de l’énergie, de l’amour, du désir, de nombreuses tentatives ratés d’arrêter et possiblement de l’aide extérieure.

10- Possession par des entités obscures

L’être humain croit qu’il est la plus puissante créature sur cette planète. Bien que ça semble le cas dans la dimension physique, on est moins sûr en ce qui a trait aux autres plans d’existence. Les archontes et leur hiérarchie de chimères esclaves sont en fait des anges déchus et existent en tant que plusieurs différentes races d’un même empire qui s’autoproclame roi et maître du bas astral. Il est difficile de concevoir que la race humaine sert de bétail d’un certain point de vue, alors qu’il est bien plus facile de croire aux esprits et fantômes qui sont de dimension astrale, des êtres humains trépassés vagabonds. Nous sommes des esprits, nous possédons aussi un corps physique et un corps astral, mais la perception dominante de nos 5 sens limite notre conscience à un monde matériel. Les entités sombres profitent du faible mental des neurodroitiers pour subtiliser leur énergie. Les neurdroitiers sont plus vulnérables en raison de leur plus haute sensibilité à entendre les voix intérieures, ce qui est moins le cas chez les neurogauchers.  Les entités sombres sont passées maîtres à imiter les voix intérieures et faire croire aux êtres humains qu’ils se parlent à eux même, leur faisant commettre des actes rituels de basse fréquence. Ces entités se nourrissent de nous: d’énergie astrale négative comme la peur. Si le neurodroitier va jusqu’à accepter volontairement l’emprise de l’entité sous forme de pacte, il y a alors possession. La personne n’est alors plus en contrôle de ses propres actions et sert de véhicule pour des entités étrangères. Les meilleurs candidats pour présider les cérémonies de rituels sataniques sont des neurodroitiers.

Par: Christian Théberge

Cet article est aussi disponible en anglais au lien suivant:
http://thepoweroftherightbrain.com/2015/09/25/10-worst-right-brain-enemies/
Capitulia©2015
www.capitulia.com

Laisser un commentaire