1ER ANNIVERSAIRE DU BLOGUE «LA PUISSANCE DU CERVEAU DROIT»

Après presque un an à fournir des articles sur une base hebdomadaire, j’ai décidé de prendre une pause pour l’été. Je devais de toute façon transférer le blogue sur une plateforme web différente et j’étais en pleine programmation d’un logiciel en croissance humaine, sans compter d’autres projets et implications qui m’accaparaient. Deux mois de relâche s’avéraient nécessaires et ce fut un repos bien mérité. Néanmoins, j’ai continué à consacrer 30 à 40 heures par semaine à mes activités professionnelles, 10 à 20 heures à mes tâches de père au foyer, tout en libérant des trous dans mon horaire afin de profiter un peu de ce magnifique été avec les enfants.

Puisque les enfants sont maintenant de retour à l’école, je reviens à un horaire plus favorable à mes projets. J’ai pu refaire le plein d’énergie et d’inspiration afin de vous amener de la lecture captivante. Pour ceux qui suivent l’actualité mondiale sur les blogues alternatifs aux médias de masse, il se passe beaucoup de choses. Faisons le tour des derniers événements pour ensuite faire un lien avec le cerveau droit.

De héros à zéro

L’an dernier, jour pour jour, j’ai écrit mon premier article pour commémorer  le 14ème anniversaire des attentats du 11 septembre 2001.  Aujourd’hui, 15 ans plus tard, le voile est complètement levé sur la véritable identité de ceux qui ont perpétré ces actes de terreur gravés dans nos mémoires. Dans le premier article, j’ai listé différentes interprétations du mystère entourant la saga de la Guerre qui sévit au Moyen-Orient en apportant une explication à chaque couche de conscience.

Il y a un peu moins d’un an, la Russie s’apprêtait à déployer son arsenal en Syrie, pour porter main forte au président élu démocratiquement, Bashar Al-Assad. 2015 est l’année où le président Russe Vladimir Poutine a conquis le monde par son leadership, ravissant le titre à l’actuel président des États-Unis, Barack Hussein Obama, également récipiendaire du prix Nobel de la paix en 2009.

Le premier président américain noir promettait à ses débuts en tant que «l’homme le plus puissant de la planète» avec son image d’intellectuel brillant. Un vent de socialisme nouveau soufflait sur le pays de l’oncle Sam. Au cours de sa première campagne, Obama avait promis de rendre la santé plus accessible pour les pauvres, et il a tenu parole. Son programme Obamacare fut très populaire et lui a permis d’être réélu.

Sauf qu’il avait aussi promis l’arrêt des tortures et le démantèlement de la base de Guantanamo, ce qu’il ne fit pas. Il avait promis de créer de nombreux emplois lors de sa campagne de deuxième mandat. Les chiffres trafiqués pour avancer ses résultats cachèrent l’endettement accéléré du pays. En bout de ligne, sa politique de création d’emploi aura contribué à détruire l’Amérique davantage plutôt que de la reconstruire. Il a aussi promis que les États-Unis aideraient à maintenir la paix dans le monde. De gendarme de la planète, les USA sont devenus l’ennemi à arrêter et la cause des problèmes dans ce monde.

Sept ans et des poussières plus tard, le règne d’un président américain aura été une fois de plus déception et une  malédiction pour les États-Unis et le monde.  Il y a près d’un an, Poutine et ses acolytes ont fait la preuve devant les médias de ce monde que l’administration de la Corporation des États-Unis d’Amérique était derrière la création de l’armée de mercenaire terroristes ISIS (ou Daesh) et que les services secrets d’Israël, la MOSSAD, s’étaient chargé de l’entraînement du groupe.

Au cours des derniers jours, au sommet du G20 à Hangzhou en Chine, Obama et l’administration corrompue des États-Unis ont été remis à leur place.  Barack Obama n’était pas le bienvenu au G20 au pays hôte, la Chine. Le président Philippin Duerte a même traité Obama de fils de  …

Transfert de force

La domination de la civilisation occidentale tire à sa fin. Ces derniers jours seront retenus comme le point de la ligne temporelle où l’Empire Américain est passé de vaciller à tomber en chute libre. De quoi aura l’air l’atterrissage?

Le statut privilégié des pays occidentaux, autrefois colonialistes et maintenant postindustriels, est terminé. L’ Asie est maintenant le centre du monde et le restera pour très longtemps.

La Chine se présente comme la prochaine superpuissance dominante. Avant, l’Europe de l’Ouest, L’Amérique du Nord et quelques pays de L’Orient (Australie, Japon) jouissaient d’une protection en faisant partie de cette poignée de pays qui dominaient le monde tout en exploitant les autres nations.  Le temps où quelques 500 millions d’Occidentaux faisaient la pluie et le beau temps n’est plus. Le monde entier est en compétition et les Orientaux ont bien l’intention de servir une leçon d’humilité aux Occidentaux. Ils veulent leur époque de gloire et ils sont sur le point d’imposer leur façon de faire comme étant la norme.  Les pays de l’OTAN qui résistaient encore à l’attrait de la coalition du BRICS ont tous sauté dans le bateau, sauf les États-Unis, Israël et une poignée de pays dans la péninsule arabique. Les États-Unis sont isolés géopolitiquement. Même le premier ministre du Canada Justin Trudeau a joint les rangs de l’AIIB (Asian Infrastructure Investment Bank) supporté financièrement par la Chine.

Fait come un rat

Les USA se retrouvent seuls. En tant que membre clé d’un establishment qui se désintègre, Barack Obama est le dernier président aligné avec l’élitocratie encore debout, mais non le moindre. Lui et ses laquais possèdent encore suffisamment de ressources pour infliger de lourds dommages au restant de la planète. Étonnamment, le scénario de transfert de force entre les États-Unis et la Chine s’est déroulé avec beaucoup moins d’éclat qu’on ne l’aurait anticipé, mais la poudrière peut sauter en tout moment. La Russie est parvenue à apaiser la tourmente dont souffre la Syrie, un mal infligé par les États-Unis. L’ours Russe a montré des dents en Syrie et s’apprête possiblement à en faire de même en Ukraine, là où des agitateurs pro-américains sont parvenus à engendrer une guerre civile, des suites d’un renversement du pouvoir.

Pendant que Washington était occupée à s’en prendre à la Syrie et la Russie via l’Ukraine, la Chine a construit son empire. La Chine a ses réserves de biens, tandis que le transit des marchandises ralentit de façon inquiétante sur les océans. Les Occidentaux qui sont maintenant dépendants des biens manufacturés made in China à des prix dérisoires pourraient se retrouver en situation de pénurie. En dépit d’une faillite camouflée survenue en mars 2015, L’État privé siégeant à Washington continue d’imprimer de la monnaie sans réserve et dépenser sans retenue.

Comme la candidate démocrate à la présidence  Hillary Clinton est clairement trop faible et prouvée trop dangereuse pour la sécurité nationale, elle pourrait être retirée de ses fonctions si elle parvenait à être élue. Le général américain Joseph Dunsford, accueilli sur un tapis rouge à Hangzhou, a servi de porte-parole des États-Unis durant le sommet du G20 à la place d’Obama, ce dernier s’adressant à ses concitoyens devant les médias sans le cordon doré sur le drapeau américain en arrière-plan, un signe comme quoi Obama n’est plus le leader de son pays reconnu sur la scène internationale. Ce n’est plus qu’une question de temps avant que la mafia Khazarienne, dirigée par George Bush père ne s’effondre définitivement. Même le candidat républicain Donald Trump a passé le plus clair de son temps à discréditer ses opposants démocrates et leurs appuis en arrière-scène qu’à se bâtir une véritable réputation d’aspirant au titre de président.

Il semble bien que les Américains devront une fois de plus voter pour le moindre de deux maux. Hillary Clinton n’est rien d’autre qu’un autre despot psychopathe qui poursuivra la destruction des États-Unis d’Amérique en tant que nation, tout comme l’ont fait Obama, W. Bush, Bill Clinton et Bush père. Bien qu’il dise ne pas faire partie de cet establishment, Donald Trump vend ses couleurs de nationaliste extrémiste qui rappelle les débuts d’Adolphe Hitler.

Jill Stein du Parti Vert semble être une candidate à la présidence bien plus rassurante que ses deux homologues ci-mentionnés. Toutefois, personne ne lui porte attention, comme ce fut le cas avec Ron Paul en 2013. L’image de Trump discréditée par les médias de masse ne fait que nourrir sa popularité par le principe: «parlez en bien ou en mal, mais parlez-en.»

Barack Obama pourrait décider d’imposer la loi martiale, abolir les élections, suspendre les droits démocratiques et s’autoproclamer président par intérim au-delà de la date d’élection, jusqu’à ce que cette crise se soit résorbée, transformant inutilement le pays en un marasme totalitaire. Surveillez l’événement sous fausse bannière en sol américain.

En quoi tout cela concerne-t-il le cerveau droit?

Les véritables auteurs des attentats du 11 septembre 2001 ne sont pas des membres d’une création fictive de la CIA nommée Al-Qaïda. Elles ont été perpétrées par des services secrets américains et israéliens pour justifier l’invasion du Moyen-Orient. En 2006, cinq ans plus tard, 84% des Américains ne croyaient plus en la version officielle rapportée dans les médias. Nous pouvons donc assumer que la population des États-Unis ne croient plus en leur médias aujourd’hui, lorsqu’il s’agit de couverture médiatique de conflits domestiques et à l’étranger.

http://www.globalresearch.ca/scientific-poll-84-reject-official-9-11-story/3553

Bien que ce ne soit pas clairement véhiculé dans les médias de masse américains, le rapport de force entre l’Ouest et l’Est est en plein transfert ces jours-ci. On assiste carrément à la chute officielle de l’Empire Américain. Les citoyens américains en général encore peu conscients de la situation, auront du mal à digérer leur nouvelle réalité au réveil d’un monde où la polarité à changé. D’un style de vie où l’on peut s’endetter à l’infini pour vivre au dessus de nos moyens à une réalité où ils se retrouvent à égalité avec les citoyens des autres pays, le sevrage de l’endettement fera très mal. La dette pourrait être effacée, mais la capacité de s’endetter disparaîtra aussi. Les citoyens des pays riches devront réapprendre à la dure à utiliser leurs aptitudes et leur débrouillardise pour survivre.

Est-ce encore une question de mois, semaines, jours avant que le mode de vie occidental ne disparaisse? C’est un retour brutal à la nature qui attend les occidentaux. Un retour aux sources, face à face avec la nature, dénudé, en toute harmonie avec elle.

La seule façon de récupéré sa dignité dans un tel scénario est de se remettre à utiliser son cerveau droit.

Le déséquilibre entre le nombre de chercheurs d’emploi et les emplois disponibles est tel que les temps à venir seront impitoyables pour plusieurs. Les McDonalds jobs, le seul type d’emploi qui a pris de l’expansion aux États-Unis est menacé de survie par des robots. L’exclusion pourrait devenir une crise sociale dans les pays postindustriels. Ceux qui ont appris les affaires et qui travaillent pour leur compte auront plus de facilité à passer l’épreuve que ceux qui sont dépendants d’un emploi.

Pourquoi avons-nous tous été aspirés dans un marché maintenu artificiellement en vie par la spirale de l’endettement? Comment se fait-il que les banques sont autorisées à prêter 50 fois plus que ce qu’elles ont en liquidité? Comment se fait-il qu’une organisation financière comme Comex a émis 205 fois plus de certificats garantissant la propriété en or physique que la quantité de ce métal précieux qu’elle détenait? Qui permet aux agences de notations de faire la pluie et le beau temps, en donnant la cote AAA à des pays qui sont en faillite? Qui sont ces banques commerciales qui ont se sont échangées mutuellement et par consentement des transactions où elles se chargent un intérêt, venant ainsi gonfler leur capital, ce qu’on appelle des swaps, créant par le fait même une bulle spéculative de quadrillions de dollars? Qui sont ces propriétaires de banques centrales dans quasiment tous les pays? Non ce n’est pas votre gouvernement ni la population qui dicte les politiques monétaires… Qui sont ces mêmes banquiers qui financent l’armement des deux côté de tous les conflits armés sur cette planète? Comment se fait-il que personne ou presque ne s’est mis en travers de leur chemin jusqu’à tout récemment?

Que vous croyez ou non en l’implication de la mafia Kazanienne, ces 13 familles de lien de sang qui contrôlent la plupart des richesses, il faut être aveugle pour ne pas s’apercevoir que notre monde a failli avoir été pris de contrôle en totalité par un groupe invisible d’élites. Nous  faisons face à un effondrement généralisé de l’économie globale depuis la crise de 2008. Nous sommes sur le qui vive d’une conflagration mondiale depuis maintenant plusieurs décennies. Pourtant, le monde s’accroche encore à ce vieux système qui nous a conduit jusque dans cette impasse. Orwell avait prédit l’État totalitaire partout pour 1984. Nostradamus avait prédis une troisième guerre mondiale en 1999. Le cycle des Shemitah nous promettait une autre crise boursière en 2008 et une crise économique en 2015, ce qui devait s’avérer être le crash final du Vieil Ordre Mondial. Rien de cela ne s’est produit en 2015. Des Américains plus éveillés que la moyenne attendent toujours le décret de la loi martiale, l’invasion du contient nord-américain par les troupes Russes et Chinoises et le dévoilement du secret extra-terrestre.

Si nous sommes toujours tous là aujourd’hui, endurant encore la menace d’une fin du monde imminente d’une part, et la venue d’un Âge d’Or de l’humanité d’une autre part, serait-ce que nous aurions eu de l’aide venant de l’extérieur ou bien que la mafia kazanienne (ou sionistes) ont failli dans l’exécution de leur Agenda 21 pour un Nouvel Ordre Mondial?

Leur plan semblait parfait. Ont-ils fait de mauvais calculs, ou bien auraient-ils ignoré par insoucience la véritable nature humaine…

Ces êtres qui ont fomenté une tentative de prise de contrôle totale de notre monde, pensent tel des machines et nous perçoivent également comme des machines. C’est là leur erreur fatal. Ils ont soit nié ou ignoré l’existence et le rôle du cerveau droit.

Ils ont assumé que nous finirions par nous conformer à leurs standards et que nous nous mettrions à leur obéir comme des robots.  Ils ont tendu des pièges pour ceux et celles d’entre nous qui auraient échappé à leur emprise, pensant attraper les rebelles comme des animaux. Or nous ne sommes pas justes des êtres habités par l’instinct animal.

girls-1092921_1920

Victoire! Nous avons gagné, ils ont perdu

Le 1% de la population qui contrôle 99% de la richesse doit s’avouer vaincu. Les accords du Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (TTIP) qui devait concéder le pouvoir des gouvernements entre les mains des corporations multinationales est mort dans l’œuf. Le sommet du G20 s’est conclu dans l’isolation des États-Unis, pendant que les autres pays se sont affairés à préparer une alternative au Nouvel Ordre Mondial viable pour tous.

La notion de «Tiers Monde» s’efface et fera place graduellement à l’inégalité entre les individus dans les années à venir.

De nouveaux développements sur le cerveau droit

Il y a un an, ma perception du cerveau droit faisait que je le percevait comme un hémisphère d’un seul organe plus complet. Or plus je lis, plus ma perception change dans le sens de ce blogue. Il s’avèrerait que les deux hémisphères seraient des organes distincts. Les homards on deux pinces, mais les pinces se sont spécialisées au fil du temps. De plus, chaque organe vital posséderait son propre cerveau. L’intuition pure viendrait de ce que les anglophones appellent communément the gut feeling. L’intuition émanerait donc des intestins. Par contre, la créativité originerait toujours de l’hémisphère droit du cerveau.

De plus, chaque cellule de notre corps est consciente.  Il faudra redessiner et revoir la carte de l’intelligence et de la conscience humaine. À suivre…

Namasté !

Par: Christian Théberge

This article is also available by clicking on the link here below:
http://thepoweroftherightbrain.com/2016/09/12/1st-anniversary-for-blog-the-power-of-the-right-brain/
Capitulia©2016
www.capitulia.com

Laisser un commentaire