L’ABONDANCE AU NIVEAU COLLECTIF (SÉRIE ARGENT MONNAIE – 2 DE 10)

Voici la suite de cette importante série sur la monnaie argent qui, il faut le dire, arrive à point dans une année épique au niveau économique. Dans l’attente de l’effondrement du système financier basé sur la dette, une débâcle annoncée depuis des années, préparons nous à la nouvelle économie qui s’en vient. Voici un essai sur l’abondance pour la collectivité.

L’Absolu

Selon les Anciens Grecs, il existe deux dieux du temps: Chronos et Kairos. Chronos est le dieu du temps linéaire. Kairos est le dieu des opportunités, de la synchronie et du bon timing.

Quand nous mettons l’emphase sur notre conscience au niveau au niveau chronologique, nous courons après le temps. Nous déployons de gros efforts pour payer nos dettes. Le temps nous manque. Impossible de le saisir. Il nous échappe, tel une illusion. Le passé et le futur seraient-ils illusoires?

En mettant l’emphase sur notre conscience dans le moment présent, en pardonnant notre passé et en mettant de côté la planification du futur, nous calmons notre mental. Simplement être dans le moment présent sans être concerné par le passé ni le futur, ça nous aide à refaire le plein. Quand nous cultivons cet état d’esprit souvent dans la vraie vie, l’énergie nous reviens à nouveau. Nous nous sentons plus fort. Rien ne peut nous arriver dans le moment présent. Nous sommes en paix intérieurement. En fait, il n’y a pas de temps dans le présent. La limitation temporelle propre à la quatrième dimension s’évanouit. Toutes les dimensions sont présentes dans le présent (le lapsus est voulu ici …).

Pourquoi en est-il ainsi? Parce que les gens présents sont conscients et les gens peu présents sont inconscients, voire insouciants. La conscience est absolue. Quoi d’autre est absolu? Voici des niveaux de vibrations différents et différents et leur absolu correspondant:

7ème niveau – Présence ou Superconscience ou Pleine Conscience

6ème niveau – Science ou Sagesse

5ème niveau – Expérience

4ème niveau – Bienveillance ou amour

3ème niveau – Puissance ou Radiance

2ème niveau – Abondance

1er niveau – Existence ou Conscience

À l’origine, tout est abondance

À l’état sauvage, si la température ambiante est confortable à l’année, les humains peuvent vivre dans la nature. Dans les régions tropicales, nous pouvons survivre des fruits de l’arbre et des racines. La nature permet de satisfaire nos besoins primaires en utilisant les ressources abondantes au jardin d’Eden. La vie est simple lorsque l’on a les ressources pour vivre dans le moment présent sans se soucier du lendemain, puisqu’il y a de la nourriture jour après jour. Sous les tropiques, la nature abonde et reproduit ses fruits rapidement, y permettant la détente.

Arbres et arbustes se reproduisent encore plus abondamment quand nous cueillons leurs fruits. La Nature est consentante envers tous les êtres, souhaitant que ceux-ci cueillent les fruits. L’acte de cocréation entre les plantes et l’Homme devient reproduction pour la végétation, consommation pour les animaux et production pour les Humains.

Labeur et productivité

Sous les Tropiques, la surpopulation oblige des tribus à migrer vers les latitudes où le cycle des saisons force la nature à s’éteindre pendant l’hiver. Il n’y a alors abondance que la moitié de l’année. Pendant l’autre moitié, c’est la pénurie, forçant les êtres humains à s’adapter.

Quand les êtres humains sont forcés à survivre plusieurs mois sans récolter de fruits, il ne leur reste qu’une solution: chasser ou cultiver. Le problème avec la chasse, c’est l’incertitude et souvent la disette. À moins d’être un Esquimau habitant les régions polaires, là où la végétation est presque inexistante et là où l’aliment de survie est la viande, la meilleure façon d’avoir de la nourriture à l’année longue est de cultiver les plantes dont les fruits se conservent sur plusieurs mois. Les céréales sont tout désignées. L’alimentation des êtres humains consiste de plus en plus en un régime de protéines de viande et glucides de céréales, ainsi que d’autres nutriments dont l’amidon provenant des pommes de terre, par exemple.

Ainsi, les Humains vivant dans les hautes latitudes sont soumis dans un cycle de production-hibernation. Une telle situation entraîne les êtres humains à percevoir le temps comme cyclique et linéaire. Ils se mettent alors à accorder une importance au passé et au futur ce que les Humains des latitudes tropicales ne font pas. Remarquez à quel point les gens d’Afrique Équatoriale sont peu pressés par le temps, comparativement aux Européens.

La vie dans le temps chronologique implique le risque que si la récolte soit détruite par les éléments naturels, la famine s’ensuit. Exploiter la terre devient sacré. La dureté d vivre dans les hautes latitudes est telle que dans la relation entre l’Être Humain et le Divin, une séparation se crée où un Dieu tout puissant reçoit la vénération des hommes. Aujourd’hui, les Nord-Américains célèbrent L’Action de Grâce afin d’exprimer leur gratitude à Mère Nature pour sa générosité qui est hautement remerciée quand on vit dans des contrées aux hivers aussi rudes que dans les États du nord et les provinces canadiennes.

D’abondance à prospérité

Sans abondance, on ne peut pas vivre. On ne fait que survivre. Puisque l’abondance est intimement reliée à la présence dans le moment présent, on ne combat pour sa survie que dans le temps chronologique. L’être humain se doit de recréer cet état d’abondance s’il veut évoluer. Les premières traces de civilisation furent des communautés qui parvenaient à surmonter le défi agricole et à générer des récoltes année après année. Le mode de vie agricole a permis une espérance de vie plus longue et ainsi, les aînés avaient plus de temps pour transmettre et faire croître leur sagesse. Les sociétés organisées purent donc voir le jour entre les 20ème et 40ème parallèles.

Pour garder ses gens en santé et soutenir une portion de sa population consacrant tout son temps à la religion, l’éducation, la juridiction et la gestion, il faut de l’abondance. Quand l’effort de ses systèmes et le rayonnement d’une société transcende au-delà de la stabilité, au-delà des frontières nationales, c’est alors qu’on parle de civilisation.

Cependant, une civilisation se développant sous l’influence institutionnelle finira par devoir accaparer les ressources des contrées avoisinantes. L’institutionnalisation d’une nation est insoutenable. Quand l’élite se camoufle derrière des institutions sous l’emprise de basses vibrations, la société devient un empire dysfonctionnel qui ne survit qu’en profitant des autres sociétés. La seule façon de maintenir un empire dysfonctionnel en vie est que ces dirigeants et citoyens se comportent en parasite. Des taxes doivent être perçues. D’énormes sommes d’argent doivent être mises en circulation. Le peuple qui active l’économie doit dédier toute son énergie à l’accumulation de l’argent plutôt que sa circulation. Les gens s’approprient l’argent alors qu’en réalité, l’argent est énergie et appartient au système. Quand une civilisation impériale convainc les citoyens des autres nations sous sa domination de générer du profit pour la capitale d’abord, alors les citoyens travaillent à canaliser l’abondance pour le système plutôt que les individus. On parle alors de prospérité.

La différence entre abondance et prospérité, c’est que l’abondance est une ressource infinie puisée dans le moment présent, alors que la prospérité est l’accès à plus de ressources que le besoin dans un environnement où temps et énergie sont limités.

La prospérité porte une charge négative que l’abondance n’a pas, soit que la finitude engendre la peur, le contexte permettant l’apparition de l’influence parasitaire.

Puisque temps et ressources sont limités dans l’existence d’une nation appauvrie, le réflexe naturel est d’optimiser le rapport consommation-production, et de créer autant d’argent que possible, vu que les agents économiques ne le remettent pas en circulation. Il faut que la monnaie soit faite d’un matériel résistant et abondant.

Les propriétés des métaux or et argent

Afin de dépenser un minimum d’énergie à la gestion et l’intervention économique, une société consciente devrait:

  1. a) laisser le libre marché dicter l’économie
  2. b) inonder le marché avec assez de liquidité pour que les agents ne se battent pas entre eux
  3. c) créer de la monnaie à partir de métaux précieux et stables comme l’or et l’argent

L’or et l’argent sont des métaux non ferreux. Ils ne subissent pas la corrosion ou l’oxydation. Toutefois, l’argent tend à réagir superficiellement et perd quelque peu de son aspect gris brillant, pouvant alors être confondu avec d’autres métaux gris mat. C’est pourquoi l’or lui est préféré. De plus, l’or possède une couleur jaune distinctive et il est facilement identifiable.

Une autre raison expliquant la popularité de l’or est son extrême conductivité. Selon plusieurs sources, la poudre d’or monoatomique serait utilisée lors de cérémonies tenues par des initiés de certaines sociétés secrètes afin de provoquer artificiellement un état d’illumination de conscience reptilienne. Une fois l’or consommé, il disparaît pour de bon. La demande en or est restée relativement constante à travers les âges.

D’autres sources affirment que la Terre serait un poste minier pour certaines civilisations galactiques. La présence de l’être humain sur Terre pose une énigme. Des anomalies entre l’Homo sapiens et ses présupposées espèces descendantes laisse croire que nous ne serions pas indigènes à la Terre. Plus encore, des versions alternatives version à la préhistoire nous enseignent que de nombreuses civilisations ont colonisé la Terre pendant les périodes glaciaires. L’une d’elles nous auraient créé pour extraire l’or du sol. L’or supraconducteur serait un enjeu majeur pour certaines races humanoïdes. La ruée vers l’or ne serait pas juste une affaire terrestre.

Ici sur Terre, nous savons qu’en période de prospérité et d’expansion les civilisations étaient avides d’or. L’or était répandu dans l’Empire Romain et même après. Quand  Marco Polo traversa l’Eurasie, l’Occident s’éprit pour les épices d’Orient et les objets chinois. Les Occidentaux ont alors dépensé tout leur or pour des objets, transférant l’or du Monde vers La Chine et l’Inde. Les rois d’Europe envoyèrent des explorateurs pour découvrir de nouvelles routes et… pour mettre la main sur des réserves d’or.

Les Occidentaux vénérèrent l’or. On connait tous l’histoire des Conquistadors espagnols qui ont pillé l’or du continent sud-américain et qui l’ont anéanti. Le réflexe transgénérationnel existe depuis les Phéniciens. Pour être puissante, une nation se doit de possède de l’or.

Du libre marché à l’économie artificielle

Les monarchies d’Europe rêvaient de reprendre l’or transféré en Orient. Une lignée de banquiers, les Bauer, maintenant connus sous le nom de Rothschild avaient un plan pour reprendre l’or et refaire de l’Europe le centre du Monde. Leur but était que leurs banques privées dicte l’économie. Pour ça, ils avaient besoin de remettre la main sur la quasi totalité de l’or mondial passé à l’Orient. De connivence avec les royautés, leur plan était de provoquer des guerres en Asie et d’infiltrer les élites d’Asie affaiblis. En y plaçant leurs pions, ils pourraient contrôler l’évolution des nations asiatiques et… remettre la main sur tout l’or du Monde.

Un autre de leurs buts inavoués était d’établir un système de contrôle financier. Au tournant du siècle dernier, la Chine était le dernier pays où ils n’avaient pas encore toute la mainmise. Ils parvinrent à opposer le Japon contre la China en espérant décimer la Terre du Milieu. Chiang Kaï-chek était alors le dirigeant chinois. Ils faisait face à deux menaces, les Japonais, lors de la 2è Guerre Mondiale, puis les factions internes communistes dirigées par Mao Tse Toung qui finirent par le renverser. Voyant sa chute inévitable il fuit vers Formose (maintenant Taiwan) y recréant un pays indépendant. Les Communistes Chinois n’ont jamais avalé la perte de Formose, autrefois faisant partie de la Chine. Il joua le jeu des banquiers Occidentaux. Personne ne sait combien d’or exactement il prit avec lui, mais des sources parlent d’une quantité astronomique allant jusqu’à un million de tonnes, soit 20 fois plus que les quantités rapportés par les audits des banques centrales du monde. Chiang Kaï-chek aurait caché l’or à plusieurs endroits secrets en, incluant un énorme bunker situé à Taiwan. Il y aurait également des caches d’or importantes dans des pays comme l’Indonésie et les Philippines. Malgré l’obéissance de Taïwan à l’endroit des argentiers d’Europe, Chiang Kaï-chek décéda emportant son secret avec lui. Son or est-il toujours caché secrètement?

Après la Deuxième Guerre Mondiale, les États-Unis étaient la seule supranation encore prospère. Les accords de Breton Woods furent signés en 1944 où Chiang Kaï-chek échangea l’entreposage d’une durée de 50 ans, de l’or de la Famille Royale Chinoise menacé par les Japonais, 85% de tout l’or dans le monde, contre des bons certifiés par la Fed. Entre 1944 et 1951, une série de plans a permis le financement de la reconstruction de l’Europe, dont le Plan Marshall en 1948, pour 13 G$. Mais l’Europe avait besoin de plus. Le Plan de Sécurité Mutuel, participation conjointe de Beijing et Washington permit d’amasser 7 milliards additionnels. En contrepartie, Washington garderait ce qui restait de l’or Chinois pour les 50 ans du prêt. Suite à ce plan, de nombreuses nations d’Europe envoyèrent leur or en Amérique pour y être gardé.

En 1973, Nixon dut résoudre la crise du Choc Pétrolier. Pour ne pas perdre leur hégémonie, les États-Unis devaient soit imprimer de la monnaie papier jusqu’à l’hyperinflation ou déconnecter le dollar du métal argent rarissime et rattacher la monnaie à une autre commodité: le pétrole. Du coup, le dollar américain put rester la devise de référence internationale, les États-Unis purent imprimer autant d’argent qu’ils ne le désiraient et ils purent résoudre leur pénurie interne de pétrole en se la procurant des pays de l’OPEP. L’expression «pétrodollar» vient du fait que les États-Unis purent bénéficier d’un énorme avantage que les autres nations n’avaient pas, soit d’associer leur monnaie avec un étalon d’une incommensurable abondance.

Graduellement, les leaders Communistes de Chine se doutèrent de quelques-chose. L’Union Soviétique sombrait dans une crise d’identité ayant atteint sa limite de développement dans l’armement qui était son sa seule motivation. Des membres du Parti Communiste chinois réalisaient en silence que la plus ancienne civilisation sur Terre risquait de sombrer. Voyant l’hydre grossir progressivement à l’Ouest, Mao Tse Toung n’entendait pas céder la Chine à l’Occident, mais prônait la ligne dure. Son successeur durcit le ton encore plus se comportant comme un despote. Malheureusement pour les Maoïstes, Hua Goefeng ne dura pas un an. Deng Xiaoping était plus populaire et souhaitait moderniser la Chine à la manière du parti avant que les Occidentaux ne le fasse. Il est le père de la modernisation Chinoise que l’on connait aujourd’hui. Toutefois, la Chine partait de loin avec presque rien. La Chine comptait sur le retour de son or entreposé en sol Américain pour 1994.

Or, les banquiers occidentaux n’avaient pas l’intention de redonner l’or à la Chine. Les Chinois ne reçurent jamais l’or en 1994. La Famille Royale de Chine entama des procédures et gagna. Comme verdict, l’or devait être retourné au plus tard le 12 septembre 2001. Secrètement, les Banquiers orchestrèrent l’explosion des tours jumelles du World Trade Center. On se souvient tous de ce jour où l’on croyait que les islamistes attaquaient l’Occident. C’était plutôt le début d’une guerre économique entre l’Occident et la Chine, dont l’Islam était le bouc émissaire.

L’État corporatif à Washington était né. La Constitution des Pères Fondateurs fut avec ses droits et libertés fut envolée. La Chine comprit que les banquiers d’Occident allaient raser les nations d’Orient une après l’autre. Il n’y avait plus de temps à perdre. Le Politburo avait un plan. En délocalisant toute la production manufacturière de l’Occident grâce à sa main d’oeuvre bon marché, la Chine accélérerait sa modernisation. Les Chinois se mirent à dépenser sans compter fabriquant et construisant. Ils se débarrassèrent de leur pouvoir d’achat et de leur richesse.

Autour de 2011 ou 2012, avec l’aide de hackers, le système électronique d’échange SWIFT la Banque Mondiale et de la Banque des règlements internationaux, contrôlé de Bâle en Suisse, le repaire des banquiers. Dans les années qui précédèrent, les banquiers amassèrent une somme colossale dans le marché spéculatif des dérivés. Mais depuis, les Chinois ont réalisé le tour de force de bloquer l’accès des argentiers à leur compte d’administration. Ne pouvant plus tricher en inventant des chiffres, les banquiers furent forcés de revenir au pétrodollar pour financer leurs activités de l’ombre. Pendant ce temps, la Chine rassembla 180 nations qui en avaient assez des banquiers d’Europe.

Les Chinois de la faction communiste le disent tout haut, ils veulent ré-établir un système monétaire avec l’étalon or. Leur système électronique, CIPS, est déjà fonctionnel. Ce que la Chine et le Monde attendent patiemment, c’est la mort définitive de l’Empire Américain en chute libre depuis 2012, Les élections présidentielles américaines du 8 novembre pourrait être ce moment tant attendu si Hillary Clinton était défaite. Les leaders chinois attendent aussi la désintégration de tout le système financier bâti sur la dette. Ou bien les Chinois misent sur leurs réserves de biens manufacturés et immobiliers comme capital d’appui s’ils ne reçoivent pas l’or. Par contre, une autre faction asiatique regroupant des Chinois et des appuis de presque tout le reste du monde, souhaite mettre sur pied un système économique complètement différent afin d’erradiquer la pauvreté dans le Monde une fois pour toute.

L’économie quantique

Dans le premier article de cette série, nous avons vu que nous sommes en ce moment au stade#7. Il y a cependant un problème en ramenant l’or dans le décor monétaire. Nous revenons encore dans un système financier mu par la création de dette et le fractionnement des réserves. Les leaders Chinois seraient-ils en train de répéter l’histoire en adoptant temporairement l’or comme étalon, puis, comme Nixon l’a fait, rattacher la monnaie à une ressources bien plus abondantes sur laquelle les Chinois ont une longueur d’avance: les biens?

Les leaders Chinois savent que leur pays est en train de devenir le centre du monde et le restera pour longtemps. C’est pourquoi ils veulent une juste représentativité dans leur part du gâteau. Il est fort à parier que plusieurs individus ultranationalistes au Politburo rêvent secrètement d’une Chine dominant et contrôlant le monde.

C’est pourquoi de nombreuses nations asiatiques ont gardé des relations étroites avec des factions non alignées avec les intérêts corporatistes ou élitistes aux États-Unis, tel le Pentagone et chez la plupart des militaires. L’Indonésie est l’un de ces pays qui ne souhaitent pas une Chine unipolaire. Les États-Unis on joué aux gros bras dans la cour d’école pendant de nombreuses décennies et le Monde en a retenu toute une leçon. Est-ce que Beijing a vraiment retenu le message?

La question clé: COMMENT TRANSITER D’UNE ÉCONOMIE MONDIALE AU STADE #7 VERS LE STADE #8 SANS RETOMBER AU STADE #6 ET VOIR AINSI L’HUMANITÉ PRISE DANS UNE BOUCLE OÙ LES CYCLES SE RÉPÈTENT?

J’ai assisté à une conférence donnée par l’un des plus éminents penseurs et professeur de physique quantique, le Dr Amit Goswami, à Montreal, QC, le 15 août 2016 à propose de l’économie quantique. Voici les propos du Dr Amit Goswami suite à une question que je lui ai posé à savoir comment pouvons-nous parvenir à réparer l’économie à ce stade:

Nous ne pouvons pas partir une révolution pour la faire renaître sous un tout nouveau système. L’intégration économique entre les nations est telle qu’Il serait bien trop douloureux de rebâtir l’économie mondiale au complet des cendres de l’ancienne. Nous devons améliorer la version actuelle de l’économie.

En d’autre mot, nous n’avons pas de deuxième chance. Mais voilà qui est encourageant:

Le système doit et va changer. Peu importe ce qui arrivera sera pour le mieux. Cette crise est un passage nécessaire. Qui a dit que la dette était mauvaise? Nous avons beaucoup élargi notre conscience grâce à la dette. Certaines écoles de pensée préconisent l’effacement de la dette. Les États-Unis pourraient sortir de la dette dès demain matin, rien qu’en sortant modèle. La dette, c’est juste un concept. C’est juste du papier.

Alors qu’attendons-nous?

Le Dr Goswami affirme aussi:

Le succès du Capitalisme a contribué à améliorer l’état de l’économie de l’Occident. C’est la preuve que le capitalisme fonctionne.

Nous ne devrions pas être contre le capitalisme, mais contre le fait que trop d’argent est concentré entre les mains de trop peu qui ne le remette pas en circulation.

L’économie ne peut pas prendre d’expansion sans croissance. […] L’implication de l’aspect quantique est de s’assurer que chacun possède sa part de la redistribution. Ultimement, la vraie croissance n’est pas financière, mais spirituelle.

Que veut-il dire par là?

Profit est synonyme de croissance. Des valeurs spirituelles, ça aussi c’est de la croissance.

Nous voulons tous atteindre le plein potentiel en cette vie-ci, mais le problème est que nous ne sommes pas tous nés égaux. La Société nous bloque bien souvent. Certaines sociétés ne sont pas prêtes pour la culture de l’économie quantique.

Dans l’espace temps, tout est possible (mais il y a un délai pour que chaque chose prenne place). Dans le champ quantique, les objets communiquent instantanément, parce qu’il n’y a pas de temps.

Au niveau économique, il y a deux conclusions:

  • Dans l’espace temps, tout est relatif
  • En pleine conscience, tout est absolu

Nous avons perdu les vraies valeurs, le concept de l’absolu, durant l’expérience humaine. Nous sommes devenus des machines de survie Nous devons relaxer, méditer, se réaligner sur notre soi et notre spiritualité.

La nouvelle économie quantique est une économie des archétypes. L’abondance, non pas l’argent monnaie, est l’un de ces archétypes.

Nous devons ajouter de la valeur au travail et répondre à la satisfaction de nouveaux besoins supérieurs dans la pyramide de Maslow.

Je termine en donnant mon accord au Dr Goswami. L’esprit humain va nous amener graduellement vers la stade #9. La spiritualité va nous conduire au dernier stade. Voici la liste des façons pour générer de la prospérité à partir de l’abondance, dans l’économie traditionnelle. De plus j’y a ajouté les avenues soulevées par le Dr Goswami lors de sa présentation:

sans-titre

Conclusion

L’effondrement de l’économie reposant sur la dette est sur le point de survnir. L’économie qui nous attend ensuite reste une surprise. Une chose est sûre, l’Asie de l’Est va devenir le centre économique du monde. La Chine va-t-elle réussir à imposer le Yuan basé sur l’or comme monnaie mondiale? Ou la dette sera-t-elle effacée et l’on transigera  avec une cryptomonnaie comme le bitcoin? Difficile de faire des prédictions, mais une chose est certaine, l’abondance passée à la prospérité puis à la dette est un cycle insoutenable. En pleine conscience, nous souhaitons l’abondance. La dette devra être effacée et retirée. On doit laisser de côté le modèle financier désuet et rétrograde, puis revenir à un système monétaire sans dette, ne fonctionnant qu’avec de l’argent monnaie positif, dans l’abondance pour tous.

Autres articles de cette série:

Par: Christian Théberge

This article is also available by clicking on the link here below:
http://thepoweroftherightbrain.com/2016/10/19/abundance-at-the-collective-level-money-series-2-of-10/
Capitulia©2016
www.capitulia.com

Laisser un commentaire